La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Tendance vers la généralisationPublié sur Facebook le 14 nov.2018Publié sur Facebook le 14 nov.2018

Que se soit par les généralités déjà existantes ou les généralisations que l'on conçoit, notre société a cette tendance à généraliser.

 

Par définition, "généralité" signifie: le plus grand nombre, la plupart, la majorité. Tandis que "généraliser" veut dire: partir d'un ou de quelques cas pour étendre à l'ensemble. On peut donc en déduire qu'une généralité n'est en rien l'ensemble, mais que généraliser rapporte à l'ensemble (c'en est presque hypnotique! Hi! Hi! Hi!).

 

Pour moi, cette différence, aussi subtile soit-elle, a toute son importance.  Dans le premier cas,  on ne tient pas compte des particularités de chacun et dans l'autre, on se sert de quelques faits particuliers pour tout mettre dans le même panier.  Toutefois, les deux font preuve d'un certain manque de discernement.

 

Généraliser selon les expériences personnelles amène fréquemment à juger un ensemble abusivement. Si un policier se montre trop dur, ils sont tous impitoyables. Si un médecin ne démontre aucune compassion, ils sont tous inhumains. Je pourrais continuer encore longtemps, mais vous comprenez que la façon de faire de l'un ne fait pas en sorte que tous ont le même comportement. Malheureusement, même si on le sait, la tendance à généraliser reste très présente.

 

Même moi qui n'aime pas beaucoup le jugement, j'ai tendance à le faire quand je parle de conduite automobile. J'ai étiqueté quelques catégories de personnes en "conducteurs dangereux". Je les ai tous mis dans le même bateau.

 

Pourquoi attribuer quelques particularités à tout un ensemble? Soyons justes! Rendons à César ce qui appartient à César et non à tout un peuple.

 

Dans le même ordre d'idées, trop souvent on se sert des généralités comme des directives strictes qui ne permettent aucune exception. 

 

Il existe des guides très pratiques pour nous aider à discerner les possibles problématiques de façon plus prématurée afin d'agir rapidement pour limiter d'éventuelles complications. Par contre, le nom l'indique très bien; ce ne sont que des guides. Après s'y être référé, sans s'y fier aveuglément, il reste à voir s'il y a vraiment problématique. Est-ce que cette façon de faire ou d'être est bien adaptée à la personne autant qu'à sa réalité?

 

Selon moi, le réel problème est d'y voir un danger là où il n'y en a pas et de vouloir y adhérer à tout prix.  Vouloir y adhérer à un point tel que ses propres besoins ou expériences de vie ne comptent plus.

 

Chacun évolue à son propre rythme et  le corps réagit différemment selon la physiologie unique de chacun. L'âge où l'on apprend à parler ainsi qu'à marcher peut être devancé pour l'un et retardé pour l'autre. Et que dire de l'âge de la maturité si variable pour tous! La durée d'une grossesse peut être plus courte pour l'une ou plus longue pour l'autre. La réaction aux médicaments peut être bénéfique pour l'un, mais nuisible pour l'autre. Même les ordinateurs selon les logiciels, les programmes et le navigateur, ont leur propre fonctionnement et on se doit de s'adapter à ceux-ci pour obtenir le résultat voulu.

 

Alors, pourquoi ne pas s'adapter au fonctionnement de chacun pour le bien-être fonctionnel de tous?

 

Restons vigilants! Ne laissons pas les généralités tout normaliser autant que quelques particularités tout généraliser!